Le Prix Claude Fourcade

Présentation

Dans les années 70, Claude Fourcade fut l’un des chercheurs les plus marquants dans le domaine du Génie Biologique et Médical. Il est décédé le 4 septembre 1981 à seulement 40 ans des suites d’un accident cardiaque.

Après des études scientifiques et une spécialisation en électronique, Claude Fourcade obtient son diplôme d’Ingénieur à l’INSA de Lyon en 1964. Il obtiendra le titre de Docteur Ingénieur en 1968 puis celui de Docteur ès Sciences en 1973. Ces titres universitaires ont été à l’origine d’une carrière de recherche des plus brillantes.

Il rentre en effet à l’Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale (INSERM) en 1965 à l’unité 37 sur la “Chirurgie vasculaire et de transplantation d’organes” à Lyon où il développe immédiatement une section de technologie, pressentant combien cette maîtrise des technologies conditionne les progrès cliniques. Très vite, ce laboratoire d’électronique, baptisé INSERMELEC, va déposer de nombreux brevets dans des domaines clefs qui vont de la perfusion pulsée d’organes à basse température à des systèmes de détection précoce du rejet d’un organe transplanté.

Ce dynamisme lui vaut d’être nommé en 1971 à seulement 30 ans, Maître de Recherche, l’équivalent de Directeur de Recherche de 2e Classe. Dès 1973, les principales étapes de la carrière d’un chercheur sont franchies. Son Doctorat ès Sciences et sa Maîtrise de Recherche lui donnent un poids suffisant pour faire partie du petit groupe de chercheurs qui dès cette date vont institutionnaliser le Génie Biologique et Médical à l’INSERM tant dans sa composante recherche que dans son aspect instrumental.

Sa clairvoyance, son dynamisme, la franchise de ses rapports humains, son intransigeance dans le choix de ses partenaires font que très vite il rassemble autour de lui une importante équipe de chercheurs et d’ingénieurs qui atteint en quelques années la notoriété internationale.

Les innovations technologiques sont aussi très importantes, surtout dans le domaine de l’exploration non invasive par impédance bioélectrique et par ultrasons. L’originalité de cette activité conduit en juillet 1975 l’INSERM à transformer cette équipe en Centre de Technologie Biomédicale. Le “Centre d’Etude et de Technologie Appliqué à la Clinique”, CETAC était né, il deviendra en 1984 une unité de recherche INSERM à part entière, l’U281 à laquelle en 2001 s’est substituée l’actuelle unité U556.

Son implication au service de notre communauté ne s’est pas limitée à sa carrière à l’INSERM, organisateur de plusieurs congrès internationaux, membre de nombreuses sociétés savantes, Claude Fourcade fut aussi à l’origine de la première revue de biotechnologie “Technique Biomédicale” et fut l’un des fondateurs très actifs de notre revue ITBM.

Claude Fourcade a laissé dans notre souvenir la marque indélébile de ces hommes novateurs, entreprenants et créateurs. En hommage à cet éminent chercheur, le bureau de la SFGBM a décidé de créer le prix Claude Fourcade qui est remis pour la première fois à l’occasion des journées RITS 2009 de Lille.

Lauréats

Prix Fourcade 2022 : Véronique Migonney

La SFGBM a décerné le prix Fourcade 2022 à Véronique Migonney, à l’occasion des RITS 2022 qui se sont déroulées à Brest du 23 au 25 mai. Ce prix lui a été remis en reconnaissance de son implication de premier plan dans le GBM français, la qualité de ses recherches dans le domaine des biomatériaux, son rayonnement national et international, très largement reconnus.

Diplômée ingénieure en sciences des matériaux en 1981 et titulaire d’un master en génie biomédical et biomatériaux en 1982, elle a obtenu une thèse en Sciences Physiques spécialité Chimie de l’Université Paris 13e en 1986.

Elle a assuré des fonctions importantes comme la direction du laboratoire CSPBAT pendant 7 ans (de 2009 à 2016) et celle de l’équipe de recherche LBPS dédiée aux Sciences des Biomatériaux à partir de 2002. Son expertise scientifique est centrée sur la science des biomatériaux avec une activité depuis plus de 40 ans dans le domaine de la synthèse et du greffage de polymères bioactifs pour la fonctionnalisation des surfaces de biomatériaux dans le but de contrôler la réponse de l’hôte et notamment sur la fonctionnalisation des prothèses articulaires (ligament artificiel, prothèse de hanche) et les effets induits in vivo.

En 2012, elle a reçu la distinction de « Fellow de l’International College of Fellows in Biomaterials Science and Engineering pour sa contribution à la fonctionnalisation des surfaces des biomatériaux. Cette haute distinction est proposée tous les 4 ans, à des personnalités qui ont marqué la communauté scientifique par leur parcours et par leur contribution majeure dans le domaine des Biomatériaux.

Elle a toujours été très impliquée dans la communauté du GBM français, en tant que membre actif depuis la création de la SFGBM en 1998 (à Brest !), en assurant sa Présidence de 2011 à 2013 et la vice-présidence de l’AGBM (Alliance pour le Génie Biologique et Médical) depuis 2014.

Elle s’est aussi activement engagée dans la revue de la société, IRBM, revue phare de la SFGBM, en tant que Rédactrice en Chef, après Jean Rousseau et Yves Moschetto puis dans le comité éditorial.

Son implication au niveau national a été remarquable : en tant que membre de Commission Scientifique Spécialisée à l’Inserm, en participant à de nombreuses reprises dans des comités d’évaluations ANR et dans le domaine de la formation, en créant et dirigeant le Master Chimie et Ingénierie de la Santé de 2004 à 2016.

Prix Fourcade 2019 : Guy Cazuguel

Guy Cazuguel lors de la remise du prix Fourcade 2019 aux RITS 2019 à Tours

Guy Cazuguel est né à Morlaix (Bretagne, France) en 1952. Il obtient le diplôme d’ingénieur en électronique de l’Ecole Nationale de l’Aviation Civile en 1975, et le diplôme de spécialisation en Automatique Avancée de l’Ecole Nationale Superieure de l’Aeronautique et de l’Espace (Toulouse, France) en 1976. En 1994, il obtient le titre de Docteur de l’Université de RENNES I, mention Traitement du Signal et Télécommunications pour son travail “Contribution à la définition de primitives dans des problèmes de reconnaissance de formes”.

Il s’intéresse plus particulièrement à l’analyse d’images, à la recherche d’images par leur contenu numérique (Content Based Image Retrieval) et son intégration dans des systèmes d’aide à la décision, prenant en compte l’ensemble des informations des dossiers patients. Son champ d’investigations s’est élargi depuis quelques années aux vidéos chirurgicales, dans l’optique d’utiliser des données archivées pour l’aide à la décision en situation per-opératoire.

Son appartenance à l’Institut Mines-Télécom, et sa connaissance du milieu médical par ses activités de recherche, l’ont amené à s’impliquer dans des actions en télémédecine et e-Santé et à participer à plusieurs projets dans ce domaine. Il est membre du CATEL, réseau de compétences en télésanté.

L’engagement de Guy Cazuguel dans la vie de la communauté scientifique Génie Biologique et Médical est important. Il est membre du comité d’organisation des Ecoles d’été internationales sur l’Imagerie Biomédicale de la société IEEE-EMBS qui se tiennent tous les deux ans en Bretagne, France. Il a eu la charge du secrétariat du Réseau National “Technologies pour la Santé” (RNTS) de 2000 à 2004, puis celle de l’Unité Support ANR du programme RNTS 2005, de 2005 à 2010. A ce titre, il a organisé les colloques RNTS 2003 (Lyon, aout 2007) et 2005 (Lille, mars 2009).

Membre de la Société Française de Génie Biologique et Médical (SFGBM), il a participé à sa création et en a été trésorier et membre du Conseil d’Administration pendant plusieurs années. Il est membre de la société IEEE-EMBS, et actuellement past-président du chapitre EMBS de la section française d’IEEE. Il a participé, en tant que Finance co-chair, à l’organisation conjointe de la 29ème Conférence Internationale d’IEEE EMBS et de la Conférence biennale de la SFGBM à Lyon en aout 2007.